A tecture

153446

A-T

Archi, pour commencer, de régler ou chef

Tecture, à toucher, à créer ou constructeur

Une architecture pragmatique

Un projet architectural est une grande aventure car il ne se limite pas simplement au bâtiment en soi, mais appartient à un ensemble plus vaste,  caractérisé notamment par la géographie et l’histoire de son lieu, les différents intervenants qui entrent en jeu, et le cahier des charges. A cela s’ajoutent des exigences techniques et temporelles, mais aussi légales et financières. Si la construction peut se limiter à la simple « exécution » formelle de ces éléments, l’architecture ne saurait s’y résoudre.

Pourquoi ? Parce que l’architecture est tout d’abord active. Elle se met au service de l’homme, elle considère le bien originel, elle s’adapte à l’histoire, elle s’harmonise à l’environnement, et elle se remet continuellement en question, aux grès des aléas et des revirements de situation. Cette recherche constante est certes guidée par l’expérience, mais elle avant tout déterminée par la reconnaissance de la particularité propre de chaque projet et par le choix de continuellement respecter cette originalité.

Mais l’architecture se veut également réactive. Car, à travaux des projets dont elle respecte l’individualité, elle va chercher sans cesse à progresser, à améliorer ses outils (des matériaux aux méthodes de constructions), à défier les lois de l’apesanteur, à bouleverser les habitudes et à éliminer les contradictions.

« L’architecture, c’est une tournure d’esprit » Le Corbusier